Comme chaque année, nous avons interrogé les élèves du collège Charlemagne sur leur affectation AFFELNET. Le détail de l’enquête est consultable au bout de ce lien (Analyse_affectations_AFFELNET_2016_vD). Les principaux enseignements sont les suivants : 

Si les affectations des élèves ayant 16 ou plus de moyenne semblent s’opérer de manière relativement rationnelle, il n’en va pas de même pour la trentaine d’élèves (25% des collégiens de Charlemagne) dont les moyennes les situent aux alentours de 14,5 à 15,5.

L’effet « loterie » se renouvelle pour la deuxième année consécutive ce qui laisse penser que les résultats de l’utilisation de l’algorithme AFFELNET sont arrangés avant publication. 

Quelques éléments d’illustration de cette « loterie AFFELNET » :

  • Certains élèves sont affectés sur un 3ème ou 4ème vœu dans un établissement au sein duquel en théorie leur moyenne ne leur permettait pas d’accéder.

  • D’autres élèves vont obtenir leur 5ème ou 6ème vœu dans un établissement que rien ne laissait croire qu’ils auraient dû y être affectés.

  • Aucun élève affecté au lycée Turgot contre 1 l’année dernière et 10 en 2014.

  • Un élève à 14,5 de moyenne reçoit son 8ème vœu quand ceux qui sont affectés dans le même établissement l’avaient placé en 4ème, 5ème ou 6ème vœu.

  • Un élève non boursier qui a 15 de moyenne est affecté au lycée Charlemagne selon son 1er vœu alors que pour les autres élèves au moins 17 de moyenne est nécessaire. Cette affectation laisse penser que le favoritisme semble conserver quelques-unes de ses habitudes.

 

Depuis 3 ans, on constate que la part des collégiens de Charlemagne qui quittent le système pour échapper à AFFELNET augmente. Ils étaient 4% en 2014, 10% en 2015 et sont cette année près de 20%. Ce doublement chaque année depuis 3 ans montre que certains parents refusent de jouer à la loterie du Rectorat. Ils préfèrent éviter l’outil et rester maitre de la scolarité de leur enfant soit :

 

Plusieurs questions se posent :

  • Cette « loterie », particulièrement importante cette année, interroge sur la réalité de la mise en œuvre par le Rectorat de la formule de lissage des notes utilisée pour le classement académique des élèves. Cette formule a-t-elle été modifiée à l’insu de tous ? et particulièrement à l’insu des principaux concernés : élèves, parents et enseignants ?

  • Que signifient les notes attribuées par les enseignants quand on connaît leur importance dans l’affectation des élèves ?

  • Comment accompagne t’on pédagogiquement les élèves les plus faibles dans les établissements les plus exigeants qui sont aussi les plus demandés ?

  • Quelle est la proportion des élèves accueillis en classe de 2nde dans un lycée hors de leur quartier qui y poursuivent une scolarité sereine ?

  • Quelle est la pérennité de la « mixité sociale » au-delà de la classe de 2nde ? Cette politique est-elle partagée par tous les établissements ?

 

Autant de questions sans réponse du Rectorat qui continue à entretenir l’opacité du système, voire à manipuler les affectations sans concertation.

Diffusez, diffusons !

Ne subissons plus, agissons !