En dépit des critiques qui ont entouré le cru 2016 des affectations des élèves de 3ème en classe de 2nde à Paris (cf nos billets sur les affectations au lycée Turgot), le Rectorat envisage d'étendre l'utilisation de l'outil à l'affectation des élèves de CM2 en classe de 6ème. 

Ce projet fait déjà parler de lui et suscite interrogations et inquiétudes de la part des parents comme des enseignants et des chefs d'établissement.

Le Monde du 12 septembre 2016 y consacre 2 articles :

Le Figaro publie également un article le même jour sur le même sujet : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/09/12/01016-20160912ARTFIG00112-les-ecoliers-parisiens-affectes-dans-les-colleges-sur-criteres-sociaux.php

Le Recteur affirme que les « temps de transport » seront pris en compte. Lorsqu'on constate la manière dont ils sont pris en compte pour l'affectation des élèves de 2nde cette promesse ne semble pas crédible.

Si elle voit le jour, cette mesure orientera encore davantage d'élèves vers les établissements privés de la capitale. Renforçant ainsi la ségrégation sociale que l'outil doit théoriquement redresser !

Plutôt que d'imaginer de nouvelles modalités d'affectation des élèves dans les établissements scolaires, pourrions-nous envisager que le Rectorat s'intéresse à la mise en place des conditions de leur réussite scolaire ? Dotations horaires, moyens complémentaires, affectation des enseignants, personnel de surveillance... tous ces éléments participent au bien-être et à la réussite des élèves. Quand le Rectorat se décidera t'il à nous en parler ?

Étendre un système générateur d'incertitude et de stress ne nous semble pas aller dans le bon sens.

Mobilisons-nous, dénonçons ces projets.
Ne subissons plus, agissons!